10 et 11 octobre 2019 - Colloque international : Le tirage au sort en politique, état des lieux et perspectives contemporaines. Regards croisés entre sciences sociales et théorie politique

Lien vers l’appel à communication.

- Présentation -

Depuis plusieurs décennies, le tirage au sort a refait surface dans les pratiques et la réflexion politiques. Des expériences pionnières sont menées dès les années 70. Mais c’est dans les années 90 que les expérimentations se multiplient sous diverses formes et dénominations (jurys citoyens, conférences de consensus, sondages délibératifs), tout en restant cantonnées à un rôle consultatif, aux périphéries du système politique. Depuis les années 2000, des conventions et assemblées tirées au sort sont impliquées dans des processus de réformes constitutionnelles ou institutionalisées (Oregon Citizens’ Initiative Review), ce qui conduit à parler d’une « seconde vague » d’expérimentations.

Du point de vue théorique, la relation essentielle entre tirage au sort et démocratie a été ramenée au premier plan par les travaux de Cornelius Castoriadis et Jacques Rancière mais également, de façon involontaire, par les Principes du gouvernement représentatif de Bernard Manin. Plus récemment, le projet déjà ancien d’une chambre parlementaire tirée au sort a suscité de nouvelles discussions autour de la proposition de John Gastil et Erik Olin Wright.

Même si certains partis débattent de la place à donner au tirage au sort, que ce soit dans leurs pratiques ou leurs programmes, le thème peine à percer dans l’opinion publique. Les expérimentations récemment menées dans l’hexagone (le "Grand Débat" et, à venir, la "Convention citoyenne pour le climat"), témoignent plutôt de l’intérêt des décideurs politiques pour le recours apprivoisé au tirage au sort, en quête d’une légitimité d’impartialité.

Jusqu’ici, c’est surtout le lien entre les usages historiques et les expérimentations contemporaines qui avait retenu l’attention de la communauté scientifique francophone. Ce colloque international entend favoriser le dialogue entre les sciences sociales d’une part, la théorie et la philosophie politiques d’autre part.

Ce colloque international interdisciplinaire, qui rassemble parmi les meilleurs spécialistes du sujet et s’inscrit dans un champ d’études en plein renouvellement, doit permettre de dresser un état des lieux actualisé des enjeux et des difficultés associés aux usages contemporains du tirage au sort en politique.

- Programme -

Jeudi matin

9h00 Accueil participant-e-s
9h30 Présentation du colloque

10h00 – 11h30 Session 1 – Une expérimentation globale

Modération : Marie Montagnon (ENS de Lyon)

Intervenant.e.s :

- Lionel Cordier (Université Lyon II - Université d’Islande) : Le forum national islandais et ses origines managériales
- Paul Lucardie (Université de Groningue) : Sortitionist experiments in The Netherlands
- Dimitri Courant (Université de Lausanne/Université Paris 8) : La représentation politique face au tirage au sort. Nouvelle gouvernementalité ou radicalisation démocratique ?

11h45-13h15 Session 2 - Critiques sociales du tirage au sort

Modération : Théophile Pénigaud (ENS de Lyon/Université Lyon 3) & Nathalie Dompnier (Université Lumière Lyon II)
Intervenant.e.s :
- Pierre-Etienne Vandamme (Université de Louvain) : Tirage au sort, justice sociale et conscience de classe
- Sébastien Roman (ENS de Lyon) : Démocratie, tirage au sort, et assemblée de classe spécifique : étude critique du Tribunat du peuple proposé par John P. McCormick
- Yannick Gauthier (Université Lille 2) : Le recours au tirage au sort pour la constitution des conseils citoyens : entre instrument et instrumentalisation

13h15-14h30 – Déjeuner (buffet)

14h30-16h30 Session 3 – Compétence individuelle et intelligence collective
Modération : Marie Montagnon (ENS de Lyon) & Théophile Pénigaud (ENS de Lyon/Université Lyon 3)
Intervenant.e.s :
- Jorge Costa Delgado (Université de Grenade) : Le tirage au sort et le rôle de la compétence en politique
- José Luis Moreno Pestaña (Université de Grenade) : La démocratie comme principe anti- oligarchique
- Chloé Santoro (Université de Franche-Comté) : La cité neuronale. Lecture épistémique contemporaine de la démocratie athénienne
- Hélène Landemore (Université de Yale) : La démocratie ouverte, le tirage au sort et l’expérimentation démocratique

16h30-17h Pause café

17h-18h Conférence d’Yves Sintomer (Université Paris 8) : Quelle politique pour quelle
société ? Réflexions sur le retour du tirage au sort

Répondant : Charles Girard (Université Lyon 3)

SOIR – diner au restaurant

Vendredi

9h00 - 10h30 Session 4 - Usages et mésusages de l’histoire du tirage au sort en politique

Modération : Théophile Pénigaud (ENS de Lyon/Université Lyon 3)

Intervenant.e.s :
- Virginie Hollard (Université Lyon II) : Comment comprendre aujourd’hui le tirage au sort dans la Rome antique ?
- Maxime Mellina (Université de Lausanne/Université Paris VIII) : Le tirage au sort face à la démocratie représentative : les derniers usages du hasard dans les républiques suisses (18e-19e siècle)
- Francisco Carballo (Université de Cadix) : Les effets de la référence à Athènes dans les Principes du gouvernement représentatif

10h -10h30 - Pause café

11h- 13h Session 5 - Un marché du tirage au sort ?

Modération : Loïc Blondiaux (Université Paris I) & Lionel Cordier (Université Lyon II - Université d’Islande)
Intervenant.e.s :
- Magali Nonjon (SciencesPo Aix) : Ingénierie participative, marché de la démocratie participative et tirage au sort : éléments de réflexion

- Rémi Lefebvre (Université Lille 2) : L’usage du tirage au sort dans les conseils de quartier et conseils citoyens à Lille. Fortunes et infortunes de la production institutionnelle des « profanes »
- Gil Delannoi (Sciences Po Paris) : Le tirage et les trois types de démocratie

Déjeuner au restaurant

Documents joints