Membres

mercredi 11 novembre 2015

Pour citer cet article : , "Membres", Labo junior « Représentations et Exercice du Pouvoir : l’Héritage Antique à l’époque Moderne », (2015-11-11 10:53:27, en ligne, http://labo-junior.ens-lyon.fr/repham/spip.php?article6)

Giorgio BOTTINI  : Doctorant contractuel – Philosophie, ENS Lyon - Università degli studi (Naples).
Né le 04 avril 1988 à Busto Arsizio (près de Milan, Italie). Après avoir suivi un cursus d’études universitaires de cinq ans en Sciences Philosophiques entre l’Université de Pise et l’École Normale Supérieure de Pise, il a soutenu en septembre 2012 un mémoire dédié au rapport entretenu par Machiavel avec la pensée juridique médiévale. Il a également participé entre 2012 et 2013 aux travaux du James Madison Program de l’Université de Princeton (mention : civic education) et a fréquenté l’école de haute formation en Histoire de la pensée politique du CRIE – Centre de recherche sur les institutions européennes (Naples, Italie). Actuellement, il est inscrit en troisième année de doctorat, en cotutelle entre l’Université de Naples « Federico II » et l’École Normale Supérieure de Lyon, rédigeant une thèse consacrée à l’influence exercée par le ius commune sur la formation de la langue politique machiavélienne.

Flora CHAMPY  : Doctorante contractuelle normalienne - Littérature française. ENS Lyon (IHRIM - UMR 5317) et Rutgers University (Department of French). Responsable du laboratoire.
Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de Lettres classiques, Flora Champy effectue actuellement, sous la direction conjointe de Catherine Volpilhac-Auger (Professeur de Littérature française à ENS de Lyon) et de James Swenson (Associate Professor of French à l’université Rutgers) une thèse de doctorat en Littérature française, consacrée au rôle de l’Antiquité dans la pensée du pouvoir de Jean-Jacques Rousseau.

Marie DURNERIN : Elève normalienne.
Préparant actuellement l’agrégation d’Histoire à l’ENS de Lyon, après deux ans de Master Recherche en Histoire des mondes anciens, Marie Durnerin s’intéresse aux rapports entre pensée politique ou historique et action chez les penseurs antiques. Elle a travaillé en 2014-2015 sur l’impact de la pensée d’Archytas de Tarente sur sa pratique politique, et en 2015-2016 sur l’influence de la médecine hippocratique sur La Guerre du Péloponnèse de Thucydide.

Alberto FABRIS  : Doctorant contractuel normalien — Philosophie, ENS-Lyon, CERPHI (Centre d’Études en Rhétorique, Philosophie et Histoire des Idées), UMR 5037.
Ancien élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, il prépare actuellement une thèse de doctorat sous la direction conjointe de M. Saverio Ansaldi, Maître de Conférences HDR à l’Université de Reims Champagne Ardenne et chercheur à l’ENS-LYON, UMR 5037, et de Fabio Raimondi, Ricercatore (au sens italien du terme) à l’Université de Salerne ( Dipartimento di Scienze Politiche, Sociali e della Comunicazione/DISPSC). L’objet de son travail est le concept de désir dans la philosophie de Giordano Bruno (1548-1600).

Joséphine GARDON : Elève normalienne.
Normalienne en 4eme année de scolarité, Joséphine Gardon a travaillé en M1 sur la vision de l’héroïsme chez les femmes dramaturges du dix-septième siècle (qui était déjà un questionnement entre littérature et société), sous la direction de Michèle Rosellini et d’Edwige Keller. Après avoir passé l’agrégation de lettres modernes, elle a été un an lectrice à l’université de Prague. Elle est cette année en M2 recherche, sous la direction de Delphine Denis. Elle travaille sur la politique dans La Clélie de Madeleine de Scudéry, et prépare actuellement un projet de thèse pour étudier l’évolution de cette notion de politique au sein de l’ensemble des romans de cette autrice, depuis les premiers romans-fleuves écrits avec son frère, au début de la Fronde, jusqu’à ses dernières nouvelles, écrites alors que Louis XIV est au sommet de son pouvoir. Ses travaux sont donc à la jonction de la littérature, de l’histoire, de la sociologie et des études de genre.

Sony ISASI : Elève normalien - Agrégatif d’espagnol. Titulaire d’un Master 1 en double cursus : Philosophie et Espagnol.

Caroline LABRUNE : Doctorante contractuelle normalienne – Littérature française, Université Paris 4.
Membre du laboratoire et webmestre. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, et agrégée de lettres modernes, Caroline Labrune est chargée de cours à l’université Paris-Sorbonne. Elle prépare actuellement une thèse sous la direction de M. le professeur G. Forestier : « Faut-il mourir pour que vive le roi ? La mort tragique face à la succession monarchique dans le théâtre du XVIIe siècle (1634-1691) ».

Maria LEONE  : Enseignante en CPGE et Doctorante – Littérature française, Université Paris IV. Membre associé du laboratoire.

Théophile PENIGAUD  : Doctorant contractuel normalien – Philosophie, ENS de Lyon.
Théophile Pénigaud est agrégé de philosophie et doctorant à l’ENS de Lyon. Ses recherches portent sur la philosophie politique de Rousseau et sa place dans la pensée politique moderne et contemporaine.

Lola SALEM  : Élève normalienne - Agrégative de musicologie.
Lola Salem entretient très tôt un rapport privilégié à la scène : d’abord en tant que jeune artiste, puis en tant qu’étudiante-chercheuse en musique et théâtre à l’École Normale Supérieure qu’elle intègre en 2013. Son mémoire sur les interprètes d’opéra féminines au XVIIIe siècle sous la direction de Denis Herlin (CNRS), soutenu en juin 2015, l’engage à tracer des pistes de réflexion concernant la dramaturgie opératique : son histoire et ses évolutions pratiques et esthétiques. Son penchant pour la création contemporaine est né de sa formation musicale pratique (Maîtrise de Radio France, chœurs semi-professionnels) et de ses engagements associatifs pour la jeune création théâtrale (Enscène). Son parcours l’invite ainsi à penser l’esthétique de la dramaturgie d’opéra de façon transversale : à travers l’histoire et de manière inter-disciplinaire. Anciennement assistante du directeur artistique du CMBV (Benoît Dratwicki), Lola Salem, récemment diplômée d’un Master 2 de musique et musicologie, envisage de perfectionner son parcours au CNSM et par le concours de l’agrégation, avant de se lancer dans un projet de thèse autour de la dramaturgie et des personnages de la pastorale héroïque au XVIIIe.

Charlotte TRIOU  : Doctorante contractuelle, littérature française, IHRIM (UMR 5317), Université Lyon 2.
Membre du laboratoire et responsable communication. Ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de lettres classiques, elle mène actuellement sous la direction de Michèle Clément une thèse de doctorat sur la poésie pétrarquiste française du XVIe siècle.